DONNONS DE LA FORCE À LA JUSTICE SOCIALE

La justice sociale est le moteur de l’égalité. Nous sommes trop peu à vouloir nous battre pour la renforcer, alors que les inégalités sont de plus en plus marquées dans notre société.

C’est pourquoi je m’opposerai  fortement à l’Assemblée à toute suppression de la hiérarchie des normes et à toute destruction brutale du code du travail, a fortiori par ordonnances comme ce que  le gouvernement  d’Edouard Philippe se prépare à faire.

Pour le travail, le pouvoir d’achat, et la Sécurité sociale professionnelle, je me battrai pour la revalorisation de 50 % de la prime d’activité créée en 2016. Je lutterai également pour déclarer la souffrance au travail comme grande cause nationale avec les partenaires sociaux et les acteurs de la santé, et pour reconnaître le burn-out comme une maladie professionnelle. En ce sens, j’envisagerai d’étendre  le compte personnel d’activité (CPA) et défendre le compte pénibilité .

Il faudra également assurer l’égalité salariale effective entre les femmes et les hommes dans les entreprises, qui est, de manière illogique, inexistante, et encourager toute forme d’action permettant l ‘égalité des sexes, en demandant par exemple l’allongement du congé paternité.

Je défendrai également la justice fiscale en poursuivant la baisse de l’impôt sur le revenu pour les ménages modestes et les classes moyennes, en refusant la suppression de l’impôt sur la fortune pour les plus riches et en mettant en place de la réforme du prélèvement à la source déjà engagée. Enfin, il faut impérativement continuer à lutter contre la fraude fiscale, qui est la pire des injustices.